harcelement moral

Harcèlement au travail les mots qui frappent.

 

Le code du travail  Article L1152-1

 

- Aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d'altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.

 

L’union Locale travail actuellement sur un dossier en direction des salariés, ce document permettra à chacun de faire sur le point sur sa situation en entreprise .

 

Les personnes harcelés sont souvent soumissent à ce murer dans le silence . cette situation s’explique par une absence de réaction de la victime, qui préfère garder le silence malgré la souffrance endurée, espérant que tout cela est passagé et sera suivi d’une amélioration …………………..

 

 Ceci était un bref extrait de l’analyse, bien d’autre critère ont était recensé dans notre document de travail pour plus d’information rapprocher de votre syndicat, comité d’entreprise, CHSCT.

 

                                                                                                 

Harcelement

Bien travailler" : un enjeu revendicatif

Stress, violence, mal-être, suicide… L’actualité du monde du travail a récemment mis en lumière l’impact des risques psychosociaux sur la santé physique et mentale des travailleurs. Les suicides de salariés interviennent sur un fond de dégradation des conditions de travail et de vie. Nous considérons que celles-ci s’expliquent par la recherche de rentabilité à toujours plus court terme, qui s’est nourrie d’une dévalorisation du travail sous la pression des actionnaires et des logiques de rentabilité et de maîtrise des dépenses.
Ces suicides nous interrogent fondamentalement sur la place et le rôle du travail dans la société, sur la législation qui est loin d’être respectée partout et sur un monde du travail qui n’a pas tous les outils pour protéger sa santé.
Nous pensons que le travail devrait permettre de construire sa vie personnelle, celle de sa famille, de participer au développement de la société et de se protéger socialement des risques liés à toute vie humaine.
Nous ne voyons donc pas dans le travail un côté qui serait maudit.
Nous ne voyons pas dans le travail que de la souffrance.
Cette dernière n’est pas une fatalité, cependant elle existe comme une réalité qui peut et doit être modifiée.
Aussi, se pose, avec intensité, la mise en oeuvre d’initiatives revendicatives portant la nécessaire connaissance et reconnaissance des situations de travail avec pour objectif, leur transformation pour une conquête du droit au « bien travailler ». Une démarche revendicative qui appelle à la rencontre du monde du travail afin d’écouter et entendre pour comprendre le travail « réel ». L’ouverture des négociations pour l’application de l’accord sur la prévention du stress au travail est un moment privilégié pour des actions transformatrices.
Avec, pour déterminant, un appel à une syndicalisation massive à la CGT, moyen le plus efficace pour retourner le stress sur le patronat.